Retour à Wes – semestre 2 on


Vendredi 8 février, 16h. Le sol de Wesleyan se recouvre petit à petit d’un épais tapis de neige. Les flocons sont tout petits et se posent avec lenteur – tiède ensevelissement. Assise à mon bureau, je savoure la tiédeur cotonneuse de ma chambre. Montserrat Figueras chante en fond ses balades. Mes mains sont couvertes de fusain et trois feuilles noircies se répandent sur le sol. C’est beau, dehors. Il a neigé sans interruption depuis que j’ai ouvert les yeux. Presque tout est blanc maintenant. Snow storm Nemo is coming: après l’ouragan, la tempête de neige, je n’aurais rien perdu des joies du Connecticut ! On en attend un mètre à la fin de la journée. J’entends les colocs s’agiter dans la cuisine – c’est rare qu’on soit tous à la maison, la tempête rameute les chiens égarés. Trois nouvelles filles – Clare, Victoria, Louisa – sont arrivées suite au départ de Paul et Tatiana. Leur arrivée s’est bien passée. Pas très fute-fute mais pas méchantes – on s’en accommodera. C’en est donc fini de la maison internationale, puisqu’elles sont toutes les trois américaines. C’est quand même une nouveauté pour elles pour elles car elles transfèrent depuis une autre université, ce sont de petites nouvelles du deuxième semestre.

En quittant Boston pour Wesleyan, il y a trois semaines, j’étais un peu tristoune. Il y a six mois maintenant que mon aventure américaine a démarré et la semaine – trop courte – passée en famille ne m’a pas rassasiée. Ajoutez à ça les nouvelles des inscriptions en master qui m’ont brutalement ramenée à la réalité française, c’est bête à dire, mais ma maison me manque un peu.

Et puis finalement, presque dès mon arrivée, je me suis souvenue combien je me sens bien ici. J’ai réappris à vivre toute seule après avoir passé trois semaines dans un rayon de 3m² de Khari. J’ai retrouvé les copains, certains tout bronzés et tout contents, d’autres moins bronzés et moins contents. J’ai retrouvé ma petite maison, avec la découverte des trois nouvelles filles, et j’ai lentement repris le chemin du drop / add (cette sympathique période pendant laquelle on essaye d’être acceptés dans 150 cours). Le résultat final est plutôt satisfaisant.

J’ai fait un choix désespéré en prenant un cours de dessin au lieu de photo II, la suite de mon cours du premier semestre. Je voulais prendre les deux, mais tout le monde m’a convaincu que j’allais mourir écrasée comme une crêpe sous la masse de travail. Alors puisqu’il faut choisir, autant prendre la nouveauté ! J’ai eu la chance d’avoir été acceptée dans le meilleur cours, au nombre d’étudiants limité. La prof est formidable. Non seulement son travail est REMARQUABLE (vous devriez aller voir son site : http://www.julia-randall.com/index.html), mais c’est en plus une personne très agréable et un super professeur.

Ma deuxième classe est la suite du cours de cinéma que j’avais au premier semestre. Après l’étude du cinéma de l’entre-deux guerres, nous passons maintenant à l’après-guerre et le « New German cinema » (Fassbinder, Kluge, Herzog, Wenders etc). Pas de surprise de ce côté là, donc, l’idée est toujours d’une projection par semaine et de tonnes de pages à lire.

Mes deux autres cours sont des cours de musique. J’ai abandonné Ebony singers (snif) pour Wesleyan Singers, un chœur de classique cette fois, histoire de renouer avec les bonnes choses. Ça promet beaucoup plus de boulot qu’Ebony. Répétitions 3h par semaine en chœur, plus une heure en pupitres, retraites, concerts et compagnie. J’ai aussi auditionné pour entrer dans le petit chœur de musique de chambre, et j’ai été acceptée ; vous pouvez donc rajouter ses répét et concerts spécifiques. Premier projet : participation du petit chœur à une masterclass, on chantera sûrement du Byrd. Mon dernier cours, et pas le moindre, est un cours d’histoire de la musique américaine du XXème (blues, jazz, rhythm and blues, rock n’ roll, jusqu’aux formes plus modernes de hip hop, métal etc). Pas mal d’exams et surtout, deux projets à présenter dans le semestre, qui peuvent être une chanson, une vidéo, ou une contribution au magazine de la classe en écrivant des articles. Du coup je me suis mise avec mon pote Mike, celui avec qui on avait un groupe de funk (qui s’est cassé la gueule au deuxième semestre) et on va vous concocter un chouette petit programme. C’est pas le pied, ça ?

Voilà pour les questions académiques. Au-delà des cours, je tente de survivre aux températures polaires du Connecticut en me préparant un petit Spring Break bien sympa, au soleil, avec les copains français. Parce que bon, faut pas déconner, en rentrant de Californie il faut pas perdre les bonnes habitudes. Mes billets pour Puerto Rico sont bookés, héhéhé.

***

Vendredi au soir, la tempête commence à dévorer le campus. Les neiges de plus en plus violentes recouvrent Wesleyan. Sans bien se rendre compte de l’ampleur des dégâts, on décide de bouger à une soirée qui a lieu à l’autre côté du campus, en prenant la voiture de Khari. Erreur fatale. Après avoir passé une demi-heure à tenter de la désembourber du parking derrière la maison, on a finalement mis une heure pour arriver sur les lieux de la soirée, se rendre compte qu’il n’y avait aucun moyen de se garer là-bas, retourner vers ma maison, s’embourber à nouveau dans le bas côté, compter sur la générosité de dix personnes pour nous sortir de là, arriver enfin à la maison, réussir à garer à nouveau la voiture. Minuit. Les chasse-neige américains sont bien plus efficace que les français, et ils circulent toute la nuit pour déblayer les artères principales, on décide donc – brillamment – de repartir à pied. Comptant large, on prévoit une demi-heure pour arriver sur Washington street, à l’autre bout du campus. N’ayant pas d’habits de neige, si on excepte les boots, je m’aventure donc dans la tempête dans mon slim de velours (le plus chaud de mes pantalons) et mon gros manteau beige dont les attaches sont cassées, luttant avec une main pour le maintenir fermé et l’autre pour garder mon bonnet enfoncé sur le crâne. Au bout de vingt mètres, je réalise l’ampleur du drame. Les flocons minuscules et le blizzard fouettent et brûlent mon visage. Khari a eu la bonne idée de se couvrir de lunettes de ski et d’une cagoule qui lui couvre le visage. Pas moi. Impossible d’ouvrir les yeux, immédiatement attaqués par ces mini comètes. Je marche donc à l’aveugle jusqu’à atteindre le pré de Usdan… qui, lui, n’a pas été déneigé. Et nous voilà partis pour une demi-heure de marche à travers le pré, entravés jusqu’aux cuisses par la neige – et ça tombe toujours… Le vent souffle si fort qu’il nous déstabilise. Mon pantalon trempé et collé à ma peau brûle mes jambes et je manque tomber à chaque pas.

Franchissant les derniers mètres, j’arrive à peine à marcher. On arrive finalement dans la maison de Khari après une heure de marche. La porte est recouverte à moitié par la neige et il nous faut l’aide de cinq personnes – hilares – pour parvenir à l’ouvrir. Chaque centimètre de ma peau est en feu. Il me faudra plus de trois heures pour revenir à une température normale. Et puis je m’endors comme un bébé.

Le lendemain, Middletown est morte. Ensevelie sous 1m50 de neige. Autour de la maison de Khari, dont aucune des entrées n’a été déblayée, rien ne bouge. Il fait un temps magnifique. Le sol scintille de milliers de paillettes. Pour se rendre à Usdan, c’est le même scénario que la veille, en beaucoup plus marrant puisqu’il ne neige plus et que Khari m’a prêté des vrais habits de neige. Une bonne partie de l’après-midi se passe sur Foss Hill, où les gens ont rapporté leurs luge et leur skis. Des buttes artificielles ont été fabriquées et tout le samedi se transforme en fête. On se vautre dans la neige en se marrant comme des baleines. Alentour, tout est recouvert. Les voitures, les vélos, les bancs, les escaliers ont disparu. Ma maison ressemble à une grosse pâtisserie anglaise recouverte de sucre glace.

Affaire à suivre…

Hiver américain, tu n’as pas fini de me surprendre.

Photos !!!!!!

Fountain street (admirez les voitures englouties devant la maison !!)

IMG_8767 VOITURE

Sapin sous la neige :

IMG_8768 SAPIN

Neon Deli :

IMG_8769 NEON

Ci-dessous, la maison !!

IMG_8777 HOUSE

Ci-dessous, Foss Hill :

IMG_8748 FOSS HILL

Et le capitaine ennanoraké!!!!!

IMG_8780 CAM

Publicités