Winterbreak part 2 – Cap à l’Ouest – Los Angeles

29/12/2012

Me voilà partie pour l’étape numéro deux du périple. Le coeur serré de les abandonner pour six nouveaux longs mois, je quitte mes parents à Plymouth, Massachusetts, et prends la route en direction de l’Ouest.

Départ de Boston. Vol : 6h15. Décalage horaire : 3h.

IMG_8017 avion

Arrivée à l’aéroport autour de 16h, les jambes qui pleurent leur mère d’être restées immobiles si longtemps. Les portes s’ouvrent, j’ouvre les yeux – encore un nouveau monde.

L.A. est une énorme dame. Chaque quartier de la ville est séparé par une distance qui ne peut se parcourir autrement qu’en voiture. La quasi absence de transport en commun oblige les gens à avoir leur bagnole (et la plus grosse sera la mieux). Sauf que les politiques de parking sont un enfer sur tous les plans, en premier lieu financièrement. Comptez un dollar toutes les quinze minutes ; je vous laisse imaginer le prix d’une journée à flâner en ville.

Les rues regorgent de SDF. Les gens trimballent leur vie dans un caddy à côté duquel ils dorment, mangent, se foutent à poil (vu de mes yeux). A la différence de la plupart des SDF français ou est-américains, ils sont étonnamment gentils. La gentillesse semble être une tendance générale ici, mais le ressentir même parmi les plus pauvres, c’est très bizarre. On a été accostés par un type qui voulait quelques centimes, on a fini par récupérer un sac de nourriture « qu’il n’avait pas la place d’emporter » en remerciement – avec un sourire. Si ça, c’est pas le truc le plus bizarre du monde…

IMG_8054 homeless

C’est peut être la faute au climat. Poser le pied à L.A., c’est comme l’Italie, c’est comme la France du Sud, comme toutes ces places au soleil :ça stimule la bonne humeur, ça sent les vacances et le bonheur à plein nez. Ça me fait grimper des petites ailes le long du dos. Les arbres autour des maisons sont des palmiers et des plantes grasses, les maisons font des concours de la plus design / bizarre / moderne / je-ressemble-à-une-boîte-de-conserve. 30 décembre 2012, 17 degrés à l’ombre, les natifs se plaignent « on n’a jamais eu un temps aussi HORRIBLE ! ». Haha. Je suis en pull. Dehors. Whatareyoutalkingabout.

IMG_8032 LA

Le soir, on se balade autour de Venice beach, où se trouve la maison de Chris, le couchsurfer qui nous héberge pour quelques jours. Venice beach de nuit vaut ultra le détour. Des petits stores de n’importe quoi s’alignent dans les rues, ambiance Tarantino – Rodriguez : tatoueurs à l’enseigne moto lumineuse et hurlant de la musique hardcore, restos partagés entre les mexicains et les cowboys du dimanche (« welcome to the ranch! »), boutiques de fringues asiat cheap…

Au milieu de la soirée, on s’arrête par hasard pour dîner dans un mexicain pouilleux de Venice Beach. Rodriguez est toujours le maître du lieu. Les néons sautent, les vitres sont couvertes de poussière, le film de kung fu qui passe à la télé minable n’est que hurlements nippons. On passe la porte ; deux motards-à-tatoos nous matent l’air méchant, leur énorme burritos à mi-chemin entre les mains et la bouche. Une quadra botoxée fait son entrée. Enserrée dans un corset noir qui laisse voir la quasi-totalité de sa poitrine et juchée sur des bottes de cuir de 12 cm de talons compensés ornementés de pics, elle emmène ses quatre marmots grassouillets et braillards pour un sympathique dîner en famille. Normal.

En sortant de là, on prend la rue longeant la plage pour notre balade nocturne. Elle est remplie de dormeurs et de caddies et la musique sort de toutes les maisons. On croise un type juché sur son vélo, jambes écartés, l’air hagard. Il a un chapeau de cowboy, des lunettes de soleil (il fait nuit noire), des santiags. Il se brosse les dents.

C’est officiel : j’ai atterri au pays des dingos.

Welcome in Los Angeles.

IMG_8034 LA

Publicités

2 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Moune
    Jan 03, 2013 @ 18:00:37

    Nouveau monde entre soleil et douce folie!!
    Cette lecture nous réchauffe le coeur et les os… Retour en Bourgogne à midi et retour au brouillard! Brrrr!

    Réponse

  2. le paternel
    Jan 03, 2013 @ 20:13:38

    en effet, un vrai monde de dingos… bon courage !

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :