De l’ignorance américaine

Depuis quelque temps, je me suis décidée à me sortir de ma bulle pour à nouveau écouter ce qui se passe dans le monde. Je me disais que quand même, apprendre les événements d’Égypte où d’Europe par les mails de mon Papa, pour une élève de SciencesPo, même en échange de 3A, c’était limite craignos. Ce qui m’embêtait c’était d’avoir les news en français, parce que comme je l’ai dit pas mal de fois depuis le début, réhabituer mon oreille au français ça m’enchante pas des masses. Vu que les journaux c’est pas mon truc, étant donné le peu de temps que j’ai par jour pour m’informer, je suis assez fan du concept Arte journal : juste le temps de le regarder en écrémant un repas, et même de lire un ou deux articles en plus si un sujet me branche en particulier. Du coup je me suis lancée à la recherche d’un genre Arte journal à l’américaine, mais mes pauvres amis, c’était perdu d’avance. Je me suis donc contentée de ma petite formule française.

L’histoire commence là : après un de mes traditionnels repas-infos, j’étais partie rejoindre un ami pour terminer un de mes derniers essais du semestre. J’étais toute excitée parce que je venais d’apprendre que mon clown préféré Berlusconi avait décidé de retourner emmerder ces pauvres italiens avec force discours et sentimentalisme (« C’est contraint et forcé que je retourne à la politique, mais je le fais dans l’intérêt de mon peuple et de mon pays, blablabla »). Bref. J’arrive dans la chambre de mon pote, et je lance : « Tu sais pas la nouvelle. Berlusconi est de retouuuuuur ! » En face, regard vide. Ma tournure de phrase doit pas faire tilt, je me dis. Alors je m’explique : « Berlusconi revient au pouvoir ! Il va se présenter aux élections ! Et du coup Monti démissionne et… ». Toujours ce regard de poisson crevé. « Quoi ? » je dis. « …Tu parles de qui en fait ? » il me demande.

Wlouuuurf.

« Euh… Berlusconi… Le rigolo qui a géré l’Italie pendant un paquet de temps… Tu sais… »

Non, visiblement, il ne sait pas. Alors je lui demande s’il connaît quelques uns des dirigeants européens. « Euh… Pas vraiment », répond-il. Pas vraiment. Bon. J’essaye encore : « même pas celle qui dirige l’Allemagne ? ».

Réponse : « Comment ça, c’est une femme qui dirige l’Allemagne ? ». DAMN.

Finalement, il n’est pas capable de me citer un seul chef d’État européen. Au départ je me dis que peut-être l’Europe est quand même vachement loin et qu’il doit mieux connaître ce qui se passe dans les environs des États-Unis. L’ennui, c’est que non. Rien en Amérique latine, rien au Canada ; je ne parle même pas d’Afrique ou d’Asie. Même pas Cuba. Ni Israël. Ni des gouverneurs américains, d’ailleurs. Niente.

Sauf que ça ne s’arrête pas là. Je lui demande innocemment : « est-ce que tu as la moindre idée de ce qui se passe dans le monde en ce moment ? Je parle pas de trucs précis, mais en très gros ? ». Il n’en a pas la moindre. Je peux toujours essayer de lui expliquer la situation liée à la Nouvelle Constitution en Égypte, il n’a jamais entendu parler du printemps arabe… Je veux bien qu’on ne soit pas à la pointe de l’info, j’ai moi même grave laissé à désirer de ce côté au début de l’année. Mais quand même, j’étais au courant des trucs importants

J’explore lentement l’ampleur du désastre. A force d’interroger, je me rends compte qu’il ignore la plupart des faits contemporains marquants, de même que les grands épisodes du vingtième siècle. Ses connaissances se limitent à me citer la Shoah et tout le toutim, bon, ok, la guerre du Viêtnam, le conflit israélo-palestinien. Sauf que le Viêtnam, il sait ni pourquoi ni comment ils se sont retrouvés là-bas – ni quand, d’ailleurs, plus précisément que après la deuxième guerre mondiale ; et le conflit israélo-palestinien, il n’a aucune idée de pourquoi ils se tapent dessus plus loin que – ils veulent la même terre.

Oui, ça m’a choqué, et pas qu’un peu. Alors on s’est enfoncés dans nos fauteuils et j’ai entrepris de lui faire l’histoire de la guerre en Palestine – du moins, de reconstituer mes souvenirs de terminale – depuis la création d’Israël jusqu’à la reconnaissance de la Palestine comme État par l’ONU. Et là, plus surprenant encore : quand j’évoque le mandat anglais sur le territoire, je me rends compte que mon ami ne voit pas vraiment de quoi je parle. Je m’explique : « une sorte de colonie, si tu préfères ». Non, non plus. Un peu honteux, il m’avoue ne pas très bien savoir ce qu’est une colonie, exactement.

Je vous laisse imaginer ma tronche.

Ce qui me fait flipper, c’est que mon ami n’est ni stupide, ni mal éduqué. C’est un mec brillant qui étudie dans une des plus prestigieuses universités des États-Unis. Sa famille est cultivée et ouverte d’esprit. Après cette conversation, j’étais curieuse de voir si ce trou noir ne concernait que lui ou si la totalité de « l’élite » – ou la future « élite » de la nation était dans ce cas là. Le résultat a été plus que consternant. Je dirais même inquiétant.

Comment voulez-vous qu’une future ex-première puissance mondiale descende de son piédestal et sorte de son égocentrisme si aucun de ses habitants n’a idée de ce qui s’est passé et se passe hors de ses frontières (et même parfois à l’intérieur) ?

Et comment expliquer une telle ignorance ? En questionnant mon ami, je me suis rendue compte que les explications sont nombreuses. La première, évidemment : aucun sérieux cours d’histoire internationale au lycée, et encore moins à l’université. L’apprentissage reste basé sur les États-Unis. Même si même dans ce domaine, le bât blesse. Les connaissances requises sont plus que superficielles et absolument pas destinées à rester dans les esprits au-delà de l’examen final.

D’autre part, une absence culturelle d’intérêt pour les événements extérieurs. Dans ma famille, parler politique, ou histoire, ou whatever, c’est quasi à chaque repas (c’est d’ailleurs lors de ces discussions que se révèle la partie intéressante et / ou rigolote des gens, en général). En Amérique, que nenni. En revanche, la télé est allumée tout le temps, et généralement sur des niaiseries (y compris dans les familles cultivées et socialement aisées, j’affirme, j’ai vu). Je vous renvoie à mon article sur les élections. A Wes, tout le monde vote Obama, personne ne sait pourquoi (et c’était kifkif côté Romney) – ils n’étaient même pas capables de citer le nom des débatteurs pendant le vice-presidential debate.

Du coup, cette absence de discussion finit par créer une absence totale d’intérêt. On ne lit pas les journaux, on n’écoute ni ne regarde les infos. La vie des étudiants s’écoule tranquillement, dans leur bulle protégée, sans se soucier des tracas du monde – et pourquoi s’en soucieraient-ils puisqu’ils ne sont jamais directement touchés par eux ? Lors du massacre de Newtown en revanche, là on y est allés. Forcément, un massacre de gosses à moins d’une demi-heure de bagnole, alors là on imagine sa petite sœur, son petit cousin, ou alors on imagine le tueur dans notre université, et vas-y que je te relance le débat sur le port d’arme et que tout le monde s’égosille. Mais alors la Syrie à feu et à sang, ça, que couic. Et je parle même pas de Doha et compagnie. On n’en sait rien et on s’en branle.

Voilà, c’est ça l’Amérique de la haute. Des mecs capables de parler pendant des heures et brillamment d’un problème ultra-précis et ultra-difficile (genre reproduction des conifères), mais qui en dehors de leur domaine ont le Q.I. d’une huître, perle non comprise.

Je ne sais pas si le sentiment qui domine chez moi est une grande colère ou une angoisse irrépressible. J’ai toujours eu peur des ignorants quand ils sont au pouvoir. C’est la porte ouverte vers l’obscurantisme. Parlez des talibans et des enfants endoctrinés, parlez, parlez. Mais avant cela, regardez à vos pieds. Vous êtes parfois finalement sur le même chemin.

Publicités

2 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Moune
    Déc 19, 2012 @ 15:41:46

    EXCELLENT PAMPHLET ! ENCORE! ENCORE! J’EN REDEMANDE!!

    Réponse

  2. Arnaud
    Déc 19, 2012 @ 21:18:45

    Tu as tort de parler de QI : il ne faut pas confondre culture et intelligence!
    A part ça, tu pourrais peut être poursuivre ton enquête dans les « bac + 3  » hors histoire en France, tu serais peut être surprise!… mais peut être pas à ce point là!
    Le ton est toujours juste et bien agréable à lire.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :