Hurricalloween

Hello, friend. Pardonne mon retard de newsletters, c’est que je fus ces derniers temps submergée par les événements Wes-esques.

Voilà donc pratiquement deux mois que je suis sur le sol américain. Déjà je reçois des mails quant aux inscriptions pour les cours du prochain semestre – vois comme le temps file.

La semaine d’Halloween a été quelque peu perturbée par l’arrivée de sexy Sandy, l’ouragan qui a ravagé New-York la nuit dernière. Ces jours derniers, en prévision du déluge, on a vu des foules d’étudiants se presser aux portes de Wesshop et des divers supermarchés, s’équiper en bougies, lampes frontales, piles, nourriture non-périssable et (évidemment) alcool en tout genre. C’est que chacun se souvient de la tornade de neige de l’an dernier et du black-out d’une semaine, et personne n’a envie de renouveler l’aventure. Je fais donc moi aussi mon hold-up de bouffe chez price chopper. On se croirait à Berlin Est. Les rayons sont littéralement vides. Trois sacs de pain se battent en duel dans les immenses allées. Inutile de préciser, il n’y a plus de bougies. Tant pis, je mourrai aveugle et affamée. Les boîtes mails sont inondées de messages d’alerte et de prévention. Pour autant, les cours sont supprimés lundi et mardi, et dimanche soir se change en samedi. On boit, on danse, merci Sandy. Les gens sont confinés dans leur cocon de maison et le mauvais temps, qui nous épargne la coupure de courant, n’est qu’une excellente occasion de se retrouver entre amis un jour de plus… Lundi les gens commencent à pas mal flipper, le temps se dégrade un peu. On suit avec inquiétude la progression de l’ouragan. C’est surtout le soir que le ciel s’est mis à délirer. N’en pouvant plus de rester enfermée dans ma chambre je suis partie manger dehors, et le retour a été assez rigolo : j’ai en quelque sorte expérimenté la sensation de la feuille baladée par la brise… Ça a grondé sévère cette nuit, mais rien de terrible comparé au désastre de New-York. Ce matin, malgré le vent, le soleil était revenu et à part deux-trois voitures défoncées par les arbres, aucun dégât majeur n’a été constaté à Wesleyan.

Je vais donc pouvoir retourner à mes cours et préparer comme il se doit le come-back d’Halloween de demain soir. Le campus est couvert de citrouilles et autres fausses toiles d’araignées (du moins avant qu’elles ne soient remplacés par les arbres cassés). Ici les maisons aussi se déguisent, ainsi que les cupcakes et les muffins de Usdan. Mais si Halloween est donc avant tout un nouveau design, c’est aussi et surtout l’occasion de se mettre très, très mal en soirée. Les grosses parties ont déjà eu lieu le week-end dernier, mais on prévoit une extension mercredi (puisque c’est le jour J) ainsi que samedi et dimanche prochain. Halloween, ici, c’est pas une blague. Dès vendredi, des dizaines d’enfants déguisés paradaient sur Main street à la recherche de bonbons. Sauf que les parents suivaient aussi, leurs déguisements dépassant souvent en excentricité ceux des rejetons (!). La costumomanie touche absolument tout le monde, no exception. Vous ne sauriez souffrir le ridicule de vous présenter en soirée dans vos habits réguliers. Il ne s’agit même pas de faire peur ; même si les vampires / sorcières / fantômes / mort-vivants s’accumulent ils sont de loin dépassés en nombre par les princesses et les cow-boys. Étant très mauvaise en costume, je pars donc à la recherche de quelque chose à me mettre sur le dos avec mes presque-voisins Mike, le guitariste de mon groupe, et Adam mon pote de photo. Sur leurs conseils (somme toute assez douteux) je me retrouve à acheter un top de pilote d’avion sexy. Inutile de le préciser, ça donne dans le vulgaire. Pas une fille ne porte une jupe plus longue qu’un quart de cuisse. Impossible de trouver un déguisement qui ne soit affreusement laid ou affreusement putassier, certains s’offrant le luxe de couvrir les deux adjectifs. Quoi qu’il en soit, j’ai donc passé ma soirée en nano-jupe ultra moulante et je me suis absolument fondue dans le décor. Excellente soirée, en tout cas, rythmée par d’excellents groupes et des litres d’alcool.

En dehors des soirées, le travail suit son cours. Nous sommes passés en photo numérique, et ça me fait tout drôle, j’ai l’impression de ne plus savoir prendre de photo. D’autant que le numérique est le prétexte idéal à l’augmentation du travail : nous passons donc maintenant à un rythme de 100 – 200 photos requises par semaine. Malgré quelques petits soucis matériels (crevaison de Reggie et l’appareil qui fait des siennes), mon appareil a recouvré ses capacités et j’ai donc pu repartir en shooting. Vous aurez donc peut-être l’occasion de suivre l’évolution de mes z’oeuvres… Samedi d’Halloween je suis partie avec Adam et Bennett (autre collègue photographe) prendre des photos dans un hôpital abandonné. Nous sommes pour le moins à la page. L’endroit est glauque à souhait. Je suis très déçue de ne pouvoir monter quelque chose avec des modèles ou des figurants car il se prête à la mise en scène. Faute de quoi je me contente de prendre quelques clichés sans intérêt et je m’en retourne frustrée. Je souffre d’être condamnée à me contenter de mes jambes pour me déplacer. Les possibilités de photos en sont très limitées et j’ai l’impression de ne pas me donner à fond dans mon travail. Samedi est prévue une excursion à New-York pour visiter les principales galeries de la ville. J’ai hâte de voir dans quel état est la pauvre pomme.

Le bilan de tout cela, c’est que l’été est bel et bien fini. La température a chuté brutalement et les belles couleurs d’automne ont été balayées par l’ouragan. Ne restent que les squelettes des arbres – et la brume. Au revoir, Sandy, bonjour, hiver…

Publicités

2 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Pascale
    Nov 01, 2012 @ 09:30:22

    As tu soigné reggie?!

    Réponse

  2. bordet arnaud
    Nov 02, 2012 @ 10:23:27

    tu ne retournerais pas sur le site du vieil hôpital avec quelques figurants ?

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :