Phase 1 : l’affectation

Quand on entre à SciencesPo pour la première fois, les vétérans disent toujours : tu verras, demain ton année est finie, après demain tu as ton affectation et dans l’heure qui suit tu t’envoles en 3A.

SciencesPo est un broyeur de temps.

Sur le moment on se marre, on se moque de ces encore-jeunes qui parlent comme des dejà-vieux.

Pourtant on ferme les yeux une fois, on les ouvre à nouveau et on entre déjà en deuxième année, avec l’impression de s’être fait couillonné, de ne pas avoir vu la première filer.

On reçoit des mails qui nous parlent d’une liste de choix de destinations à organiser dans un futur très très lointain (3 mois). Au début on y pense pas, puis on commence à s’y intéresser, on y réfléchit, on tourne le problème dans tous les sens, on s’arrache les cheveux, on passe 50 fois à deux doigts du suicide, et on poste enfin la liste – à deux heures de la deadline. Et avec plus ou moins de conviction.

Deux mois passent à nouveau – une respiration.

Puis survient le lundi 13 février 2012 : nuit blanche, panique, prières acharnées dans un regain de foi soudain.

11h : vive rumeur dans les rangs de Chapsal.

Clics frénétiques.

Verdict.

Évanouissement collectif, soupirs de soulagement, crises d’hystérie, larmes, hurlements de joie.

[…]

Ça y est. Je l’ai.

Je – l’ai.

Dans six mois, je pars chez les hamburgers.

 Oui, voilà, c’est dit,

COCHÉ,

          TAMPONNÉ,

                       OFFICIALISÉ,

                                         PUBLIÉ,

                                                  MARTELÉ,

                                                                DÉFINITIF :

Je pars pour l’autre bout du monde, la côte est des États-Unis, à mi-chemin entre New-York et Boston, à

WESLEYAN UNIVERSITY

Middletown,

Connecticut.

… « Wes-quoi ? »

C’est ce que j’entendrai pendant six mois. The place nobody knows. L’usine à fantasme. La campagne dorée, l’anglais, les hipsters, les burgers, la maison à étrangères, les livres, le théâtre, le ciné, les salles de sport mythiques ou je ne mettrai pas les pieds, les dimensions trop grandes toujours, les 30 cm de neige et la luge sur la colline, les arbres, la musique, la vie – WESLEYAN.

…Coming soon.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :